Comment protéger son coeur ?

Comment protéger son coeur ?

Les solutions à 7 facteurs aggravants

Santé, Conseils et astuces | Par Dr Marie-Claude Patron le 13 juillet 2013

Préserver notre cœur, c’est miser sur l’avenir, même en cas d’hérédité peu favorable.

C’est se donner notamment plus de chances de vivre en bonne santé pendant ses dernières années d’existence, en diminuant le risque de complications cardiovasculaires et secondairement, le risque de troubles de la mémoire, qui surviennent plus aisément sur un mauvais terrain cardiovasculaire. Que nous soyons jeunes ou moins jeunes, nous sommes tous concernés par le sujet, dans une société où la sédentarité, le déséquilibre alimentaire, le tabagisme et le stress jouent un rôle déterminant dans le développement de ce type de maladies, et où nos choix peuvent inverser la tendance à tout moment si nous le décidons.
 

Un cœur pour quoi faire ?

Outre sa fonction symbolique de chef d’orchestre de nos émois amoureux, le cœur, ou myocarde en langage médical, assure une fonction physique vitale de pompe, qui envoie le sang oxygéné par les artères à tous les autres organes, assurant ainsi leur fonctionnement ; il recueille ensuite le sang veineux, chargé de gaz carbonique, pour l’envoyer dans les poumons, où il se recharge en oxygène et retourne au cœur. Cette pompe est un muscle qui, lui aussi, a besoin d’être nourri en oxygène et en nutriments pour bien se contracter : le myocarde est lui-même irrigué par les artères coronaires.
Lorsque l’une de ces artères est obstruée, en partie ou complètement, par un dépôt de cholestérol (athérome ou athérosclérose), et/ou que sa paroi a perdu avec l’âge une partie de son élasticité (artériosclérose), la région du cœur qu’elle nourrit va manquer d’oxygène et souffrir : c’est la crise d’angine de poitrine ou angor (nommée ainsi à cause de la douleur angoissante qui serre la poitrine comme dans un étau), survenant en général à l’effort, voire l’infarctus du myocarde, qui nécessite une prise en charge très urgente en raison du risque vital et de l’intérêt de rétablir la circulation le plus rapidement possible, pour limiter les lésions.
L’âge auquel une première crise d’angor ou un infarctus se déclare dépend de l’hérédité, mais aussi et beaucoup du mode de vie - stress, alimentation, activité physique, tabagisme - et donc en parallèle, de la prévention du diabète, de l’hypertension artérielle, du surpoids et de l’hypercholestérolémie. Grâce à des mesures préventives adaptées, tant sur le plan des habitudes de vie et du dépistage, que sur celui de la prise éventuelle de certains compléments alimentaires, il est non pas facile mais très réalisable de réduire son risque cardiovasculaire, même en cas d’hérédité défavorable.
Les maladies cardiovasculaires sont mieux prises en charge actuellement, à la fois sur le plan curatif et sur le plan préventif. L’information circule mieux et dans ce domaine, il y va en effet de la décision de chacun de devenir acteur de ses choix pour réduire ses risques ou les augmenter. En termes de nutrition, d’exercice physique, de sommeil ou de gestion du stress, de dépistage ou de sevrage, la palette de solutions est large pour mieux vivre et mieux vieillir, sur le plan cardiovasculaire comme sur les autres plans. Les mettre en pratique ou s’en priver ne relève plus alors que de notre libre arbitre !
 

Le saviez-vous ?
La pompe cardiaque assure en moyenne
100 000 battements par jour pour pomper 8000 litres de sang à travers les cavités d’un organe qui pèse moins de 500 grammes, et qui a la taille du poing d’un homme !
 

La place et le rôle des solutions naturelles

Dans ce cadre, concernant la protection cardiovasculaire avant toute maladie, ou la prévention des récidives après un accident cardiaque, les acides gras Oméga-3 à longue chaîne EPA et DHA viennent en tête de liste. Ensuite, différentes substances ont démontré certains effets cardioprotecteurs, comme la Coenzyme Q10, l’ail ou l’olivier, les polyphénols, et même la Vitamine D.
● Les Oméga-3 EPA et DHA réduisent de façon démontrée le risque d’infarctus du myocarde, ainsi que les récidives.
● La Coenzyme Q10 contribuerait à prévenir la récidive et la formation de plaques d’athérome après un infarctus du myocarde.
● L’ail est reconnu comme un aliment cardioprotecteur par l’AHA (American Heart Association) : il diminuerait légèrement les taux de graisses dans le sang.
● Les polyphénols s’opposent à la formation de l’athérome par leur effet antioxydant, anti-inflammatoire et anticoagulant.
● Enfin, la Vitamine D participe au maintien de l’élasticité des artères et joue un rôle anti-inflammatoire : par ces deux effets, elle est également protectrice du système cardiovasculaire.

Trop de stress

 Réponse de l’organisme face à une situation particulière, positive ou négative, qui déstabilise ou met en danger, le stress permet de s’adapter rapidement à un nouvel environnement ou à une nouvelle situation. Il déclenche une succession de réactions en chaîne : accélération de la respiration, souffle court, décharge d’adrénaline, accélération du cœur, augmentation de la tension artérielle, dilatation des vaisseaux, tension musculaire, transpiration etc. Plus les stress sont répétés, plus les réactions de l’organisme finissent par user le système circulatoire, et plus le risque cardiovasculaire devient grand.
La solution : prendre conscience du stress, en identifier les raisons, repérer les situations qui le favorisent, et apprendre les réactions susceptibles de mieux le gérer comme la relaxation, le yoga, le respect de soi, l’organisation du temps, l’affirmation de soi, etc.

La sédentarité

 Le manque d’activité physique apparaît quand on fait moins de trois fois 30 minutes d’exercice par semaine. Le cœur est un muscle : il a besoin d’être entraîné pour gagner en puissance et fonctionner à bas régime. La sédentarité, au même titre que le surpoids et le tabac, est considérée comme un facteur de risque prédisposant à l’hypertension et au diabète, et donc aux complications cardiovasculaires.
La solution : L’activité physique devrait faire partie de notre quotidien : montons les escaliers, marchons, jardinons, faisons du vélo, de la natation… bougeons au moins 30 minutes par jour trois fois par semaine. Diversifions aussi notre alimentation, équilibrons nos apports, et modérons notre appétit. Préservons enfin la qualité de notre sommeil, qui permet à notre cœur de ralentir et de se reposer.

Trop de cholestérol

Le cholestérol est un élément indispensable à la vie de nos cellules, mais en petites quantités. Trop de cholestérol dans le sang constitue un facteur de risque pour notre cœur et nos vaisseaux. Une partie vient de notre alimentation, mais l’essentiel est fabriqué par notre foie. Trop de cholestérol peut être lié à une alimentation déséquilibrée, trop riche en graisses saturées, mais très souvent il s’agit d’une cause génétique. Le cholestérol en excès risque de boucher à long terme les artères. Parmi les complications majeures, on peut craindre :
√ L’angine de poitrine, pouvant conduire à l’infarctus du myocarde,
√ L’accident vasculaire cérébral,
√ L’artérite des membres inférieurs.
La solution : Notre taux de cholestérol doit être régulièrement surveillé pour éviter les ennuis. Pour éviter une surcharge alimentaire, équilibrons notre alimentation et diversifions les apports en « bonnes » graisses, en privilégiant huile de colza ou de noix, huile d’olive, et en réduisant les graisses saturées d’origine animales.

Le diabète

 Un taux de sucre dans le sang anormalement élevé de façon permanente signe la présence d’un diabète. La plupart des troubles restent invisibles jusqu’à la survenue de complications : le diabète est une maladie sournoise et dangereuse. En effet, l’excès de sucre finit par endommager les parois des petits vaisseaux des yeux, des reins et des nerfs, et par obstruer les vaisseaux  près du cœur ou du cerveau.
 La solution : Comme le diabète ne se traduit par presque aucun signe particulier qui pourrait nous alerter, il faut le rechercher systématiquement, surtout si nous sommes plutôt en surpoids ou sédentaires, que nous fumions ou non. Il suffit d’une simple prise de sang pour doser taux de glycémie à jeun.

Le surpoids

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) définit le surpoids grâce à l’IMC (Indice de Masse Corporelle), alors situé entre 25 et 30 ; s’il atteint ou dépasse 30, il s’agit d’obésité. L’IMC correspond au poids divisé par le carré de la taille, exprimé en kg/m2. Le surpoids s’accompagne souvent d’une augmentation du cholestérol et des triglycérides dans le sang, et peut s’accompagner d’une hypertension ou d’un diabète, ce qui multiplie les risques pour notre cœur. Par ailleurs, il augmente les risques d’arthrose et de certains cancers (endomètre, sein, colon). Enfin, le risque cardiaque est supérieur si le tour de taille est élevé : plus de 102 cm chez un homme, plus de 88 cm chez une femme.
La solution : Quelle que soit l’origine du surpoids, une diminution de 10 à 15 % de notre poids actuel suffit à diminuer nos risques d’hypertension et d’excès de cholestérol.

L'hypertension artérielle

 Une élévation de la pression artérielle à plus de 14/9 (140 mm de mercure quand le cœur se contracte et 90 mm quand le cœur se remplit à nouveau de sang) constatée lors de deux consultations successives révèle la présence d’une hypertension artérielle. L’hypertension altère progressivement le cœur, les vaisseaux et les autres organes au risque de provoquer un accident vasculaire cérébral, un infarctus ou une maladie des reins.
La solution : Reconnue à temps, l’hypertension peut être contrôlée par une activité physique régulière (le yoga en particulier), une alimentation moins riche en sel et en graisses, l’arrêt du tabac, la réduction de la consommation d’alcool er un traitement dans certains cas.

Le tabac

Fumer expose lourdement au risque de cancer, de maladies cardiovasculaires et respiratoires. La fumée du tabac, chargée de nicotine, de goudrons et d’oxyde de carbone, est toxique pour le cœur, que nous soyons ou non fumeurs. A cause du tabac, les artères se durcissent et perdent de leur élasticité, favorisant le dépôt de graisses et l’obstruction. Les risques cardiovasculaires majeurs sont l’infarctus du myocarde et l’accident vasculaire cérébral.
La solution : Il n’est jamais trop tard pour arrêter de fumer : le bénéfice sur le risque cardiovasculaire est spectaculaire dans les années qui suivent.

 

 

Votez: 

Commentaires

http://dapoxetine-onlinepriligy.net/ - dapoxetine-onlinepriligy.net.ankor <a href="http://ventolinsalbutamol-buy.org/">ventolinsalbutamol-buy.org.ankor</a> http://ventolinsalbutamolbuy.org/

Articles de la même catégorie

Nos suggestions

Dong Quai

Nos partenaires

Sondage - email save

Connaître les résultats du sondage

Nous vous invitons à donner votre adresse mail pour connaître les résultats du sondage

X

Additional uncaught exception thrown while handling exception.

Original

PDOException: SQLSTATE[42000]: Syntax error or access violation: 1142 INSERT command denied to user &#039;sesoigne95&#039;@&#039;10.0.89.37&#039; for table &#039;accesslog&#039;: INSERT INTO {accesslog} (title, path, url, hostname, uid, sid, timer, timestamp) VALUES (:db_insert_placeholder_0, :db_insert_placeholder_1, :db_insert_placeholder_2, :db_insert_placeholder_3, :db_insert_placeholder_4, :db_insert_placeholder_5, :db_insert_placeholder_6, :db_insert_placeholder_7); Array ( [:db_insert_placeholder_0] =&gt; Comment protéger son coeur ? [:db_insert_placeholder_1] =&gt; node/491 [:db_insert_placeholder_2] =&gt; [:db_insert_placeholder_3] =&gt; 54.158.80.117 [:db_insert_placeholder_4] =&gt; 0 [:db_insert_placeholder_5] =&gt; B_U_170f0aE2EcVkdDr4-p56TGwNBUioQnDkkNj2lk0 [:db_insert_placeholder_6] =&gt; 1776 [:db_insert_placeholder_7] =&gt; 1490264115 ) in statistics_exit() (line 93 of /home/sesoigne/www/modules/statistics/statistics.module).

Additional

PDOException: SQLSTATE[42000]: Syntax error or access violation: 1142 INSERT command denied to user &#039;sesoigne95&#039;@&#039;10.0.89.37&#039; for table &#039;watchdog&#039;: INSERT INTO {watchdog} (uid, type, message, variables, severity, link, location, referer, hostname, timestamp) VALUES (:db_insert_placeholder_0, :db_insert_placeholder_1, :db_insert_placeholder_2, :db_insert_placeholder_3, :db_insert_placeholder_4, :db_insert_placeholder_5, :db_insert_placeholder_6, :db_insert_placeholder_7, :db_insert_placeholder_8, :db_insert_placeholder_9); Array ( [:db_insert_placeholder_0] =&gt; 0 [:db_insert_placeholder_1] =&gt; php [:db_insert_placeholder_2] =&gt; %type: !message in %function (line %line of %file). [:db_insert_placeholder_3] =&gt; a:6:{s:5:&quot;%type&quot;;s:12:&quot;PDOException&quot;;s:8:&quot;!message&quot;;s:885:&quot;SQLSTATE[42000]: Syntax error or access violation: 1142 INSERT command denied to user &amp;#039;sesoigne95&amp;#039;@&amp;#039;10.0.89.37&amp;#039; for table &amp;#039;accesslog&amp;#039;: INSERT INTO {accesslog} (title, path, url, hostname, uid, sid, timer, timestamp) VALUES (:db_insert_placeholder_0, :db_insert_placeholder_1, :db_insert_placeholder_2, :db_insert_placeholder_3, :db_insert_placeholder_4, :db_insert_placeholder_5, :db_insert_placeholder_6, :db_insert_placeholder_7); Array ( [:db_insert_placeholder_0] =&amp;gt; Comment protéger son coeur ? [:db_insert_placeholder_1] =&amp;gt; node/491 [:db_insert_placeholder_2] =&amp;gt; [:db_insert_placeholder_3] =&amp;gt; 54.158.80.117 [:db_insert_placeholder_4] =&amp;gt; 0 [:db_insert_placeholder_5] =&amp;gt; B_U_170f0aE2EcVkdDr4-p56TGwNBUioQnDkkNj2lk0 [:db_insert_placeholder_6] =&amp;gt; 1776 [:db_insert_placeholder_7] =&amp;gt; 1490264115 ) &quot;;s:9:&quot;%function&quot;;s:17:&quot;statistics_exit()&quot;;s:5:&quot;%file&quot;;s:55:&quot;/home/sesoigne/www/modules/statistics/statistics.module&quot;;s:5:&quot;%line&quot;;i:93;s:14:&quot;severity_level&quot;;i:3;} [:db_insert_placeholder_4] =&gt; 3 [:db_insert_placeholder_5] =&gt; [:db_insert_placeholder_6] =&gt; http://www.sesoignernaturellement.fr/comment-proteger-son-coeur [:db_insert_placeholder_7] =&gt; [:db_insert_placeholder_8] =&gt; 54.158.80.117 [:db_insert_placeholder_9] =&gt; 1490264116 ) in dblog_watchdog() (line 160 of /home/sesoigne/www/modules/dblog/dblog.module).