Misez sur un bon transit pour mincir

Misez sur un bon transit pour mincir

Bien-être, Minceur | Par Laurence Gauthé le 24 février 2016
Misez sur un bon transit pour mincir

On ne compte plus les régimes qui « ne marchent pas », les bonnes idées données par les copines qui nous privent d’à peu près tout, les expérimentations de la soupe aux choux ou des œufs durs à tous les repas. Ça vous rappelle quelque chose ? Et s’il suffisait d’avoir un bon transit pour retrouver son poids de forme ?

Le transit intestinal, qu’est-ce que c’est ?

Minceur et transit intestinal
En comprenant comment fonctionne notre organisme, à quelles règles strictes il répond, nous pouvons évaluer combien ce que nous mangeons est essentiel à la fois pour notre santé et notre silhouette !
D’ailleurs cela peut aussi expliquer pourquoi certains régimes n’ont pas marché sur vous : ils étaient peut-être incomplets en fibres, ou le changement alimentaire vous a constipé(e) en provoquant un « gonflement ».
Même si d’autres raisons peuvent entrer en ligne de compte, un travail sur votre transit devrait déjà vous permettre d’effacer quelques kilos !

La définition stricte d’un transit est le passage par un itinéraire sans y séjourner… Dans le cas du transit intestinal, c’est l’aliment que vous avez mis dans votre bouche qui va parcourir un chemin unique sans s’attarder. Vous allez d’abord le mastiquer pour réduire sa taille avec l’aide des enzymes salivaires. En condition de bien « voyager » dans votre organisme, votre aliment glisse alors dans l’œsophage et arrive dans l’estomac. Là, les enzymes contenues dans les sucs gastriques réduisent les nutriments pour les rendre assimilables par les glandes gastriques. Ensuite l’aliment passe dans l’intestin grêle, puis le gros intestin (ou côlon). Grâce à des contractions musculaires, votre aliment qui ne présente plus aucun intérêt pour l’organisme devient un déchet et va être éliminé par les selles. Quand les aliments arrivent dans le côlon, l’absorption des nutriments indispensables pour notre survie (protéines, lipides, sucres, vitamines…) est terminée. Il ne reste donc plus qu’à évacuer les déchets de la digestion.
Pour cela, le contenu digestif est “compacté” (une grande partie de l’eau que nous buvons est réabsorbée au niveau du côlon) et va progresser jusqu’au rectum pour être stocké en attendant le passage aux toilettes.

Principes du transit intestinal
Tout commence avec l’aliment que vous mettez dans la bouche. Il est soumis à l’action de l’enzyme salivaire, la ptyaline, qui agit sur l’amidon et le transforme en molécules plus petites.
Il passe ensuite dans l’œsophage, segment du tube digestif qui relie le pharynx à l’estomac. L’aliment ne fait qu’y transiter avant d’arriver dans l’estomac où la digestion est intense sous l’effet du suc gastrique, de l’acide chlorhydrique, du mucus et d’autres enzymes.
L’aliment, devenu le bol alimentaire est malaxé, brassé pour faciliter son imprégnation par les ferments gastriques, et devient le chyme. Dans le duodénum, c’est la bile et les enzymes pancréatiques qui finissent de dégrader l’aliment. L’intestin grêle intervient alors pour répartir les nutriments extraits de l’aliment dans l’organisme. Enfin ce qui reste de votre aliment circule dans le côlon où il est transformé en matière fécale.

Nos organes, une armée à motiver
Personne n’apprécie de travailler inutilement et il en va de même pour vos organes ! Si vous fournissez à votre organisme des aliments pauvres en nutriments ou toxiques comme l’alcool, vos organes digestifs s’épuiseront à leur chercher un intérêt… Alors que si vous leur apportez une nourriture riche en nutriments, votre transit intestinal sera stimulé et plus fluide.
Pour activer son travail, privilégiez les fibres que vous trouverez dans les fruits, les légumes, les céréales complètes, les légumineuses (pois chiches, lentilles, haricots secs…), les féculents entiers (quinoa, boulgour…) ainsi que les fruits séchés (abricot, figue, pruneau...). Ces aliments donneront du grain à moudre à vos soldats qui pourront alors répartir judicieusement les nutriments entre tous vos organes et assurer le fonctionnement de votre corps !
Comme les intestins possèdent une horloge interne, mangez à heures fixes pour ne pas perturber leur travail. Enfin, évitez autant que possible l’alcool car il suit le même chemin que vos aliments, mais perturbe le travail de vos organes. En effet, il modifie l’absorption des nutriments et brouille votre transit, provoquant généralement des diarrhées.

Le ventre, notre 2ème cerveau
Il y a quelques années, les scientifiques ont révélé l’existence en nous d’un deuxième cerveau : le ventre. Il possède une activité comparable à celle de notre cortex, puisqu’avec plus de cent millions de neurones, le ventre produirait 95% de la sérotonine, un neurotransmetteur qui participerait à la gestion de nos émotions. Il déclencherait aussi 70 à 85% des cellules immunitaires.
Egalement appelé « cerveau entérique », le ventre influencerait notre personnalité et nos choix, au même titre que notre tête ! C’est d’ailleurs en partie grâce à cette activité neuronale que le ventre assume notre digestion.
« L’estomac noué » ou « la peur au ventre » sont autant d’expressions qui prouvent que nos sentiments démarrent parfois de notre ventre !

Les selles, un indicateur santé

La constipation
On parle de constipation quand les « déchets» s’attardent dans le côlon et ne sont plus éliminés sous forme de selles. Sauf s’il y a une maladie spécifique, deux éléments peuvent provoquer la constipation. Le premier est une alimentation de mauvaise qualité nutritive, qui ne permet pas de stimuler tous les organes jusqu’au bout. Le second est le fait de se retenir d’aller aux toilettes. La rétention construit une accumulation de déchets qui vont s’assécher dans le côlon et rendre leur évacuation difficile.

La diarrhée
Si vos selles sont fréquentes (plus de 3 fois dans la journée) et plutôt liquides, c’est probablement que vous avez une diarrhée. C’est l’intestin qui en est à l’origine. Soit il n’a pas réussi à absorber tous les liquides de votre alimentation, soit votre transit s’est accéléré et il n’a pas eu le temps d’assécher les matières fécales, ou bien encore vos intestins laissent passer trop d’eau et de sels minéraux. Ces phénomènes peuvent être dus à certains médicaments, au stress, à une intolérance au lactose ou bien à une intoxication alimentaire. Généralement, il s’agit de situations sans gravité qui passent en quelques jours. Attention, en cas de diarrhée, l’organisme élimine beaucoup d’eau et il faut donc penser à s’hydrater très régulièrement.

Les selles, taboues en Occident, cruciales pour les médecines traditionnelles
Au 16ème siècle, Ambroise Paré, chirurgien et anatomiste français, préconisait l’irrigation du côlon pour l’hygiène et pour améliorer le transit. Il était alors naturel d’effectuer ce nettoyage. Tellement normal même que l’expression que nous utilisons tous au quotidien : « Comment allez-vous ? » signifie à l’origine « Comment allez-vous à la selle ? ».
Quelques siècles plus tard, l’attention portée aux matières fécales est devenue presque taboue… Si votre médecin vous demande comment étaient vos dernières selles, vous allez probablement rougir en répondant que «voyons, vous ne les regardez pas ! Et c’est un tort ! »
Dans la médecine ayurvédique et dans la médecine traditionnelle chinoise, il est tout à fait normal de vous demander la texture et la couleur de vos selles : elles sont un formidable indicateur de votre état général, car finalement elles sont l’aboutissement du travail de votre transit. N’hésitez donc pas à les regarder comme un indicateur de santé.
Les mauvaises odeurs témoignent par exemple que votre alimentation n’est pas totalement équilibrée. En effet, normalement lorsque votre côlon est sain, il ne laisse que des déchets inutilisables, compressés et sans odeurs : vos déjections doivent donc couler à pic. Si elles flottent, c’est le signe que vous avez un taux de matières grasses très élevé dans le corps.  
 

Les stimulants minceur qui misent sur le transit

Les diurétiques (ou drainants)
En stimulant la fonction rénale et donc l’élimination de l’eau et des déchets, les diurétiques sont particulièrement intéressants pour éliminer la cellulite et les gonflements dus à des œdèmes. Le cassis, la queue de cerise, la piloselle, le pissenlit, la reine-des-prés et le thé vert sont parmi les plantes les plus diurétiques.

Les laxatifs doux
Quand le transit est trop lent, l’organisme absorbe davantage de nutriments, mais aussi de calories. Le foie réabsorbe aussi les toxines qu’il a éliminées, entraînant un mauvais fonctionnement. Ces deux éléments contribuent à une prise de poids qui peut être évitée avec des laxatifs doux. Le fucus et le tamarin sont particulièrement recommandés dans ce cas.
Le triphala
L’Ayurvéda recommande un mélange de 3 baies pour favoriser le transit tout en effectuant naturellement le nettoyage du côlon : le triphala. Composé d’amalaki, de bibhitaki et d’haritaki, ce complexe est unique dans les stimulants naturels du transit car il a été spécifiquement étudié par l’Ayurvéda pour ses effets à long terme. Même si la cure de Triphala doit être renouvelée régulièrement, son action s’étend sur des mois, comme une remise en ordre globale du transit intestinal !

Les probiotiques
Notre intestin, celui-là même qui est chargé de traiter nos aliments comme autant de données, est constitué de milliards de bactéries qui travaillent pour notre bien-être. Tout ce petit peuple hyperactif s’appelle flore intestinale ou microbiote et c’est lui qui dispache les bons nutriments à nos organes et transfère les mauvais vers notre côlon. Les plus efficaces parmi ces bactéries s’appellent les probiotiques. Une fois que vous avez identifié ces bienfaiteurs, il faut les nourrir et ils raffolent des fibres, également appelées prébiotiques. C’est pourquoi nous devons en fournir chaque jour à notre organisme. Ils se trouvent dans les topinambours, les poireaux, les asperges, le blé et les bananes.
 

Votez: 
Dong Quai

Nos partenaires

Sondage - email save

Connaître les résultats du sondage

Nous vous invitons à donner votre adresse mail pour connaître les résultats du sondage

X

Additional uncaught exception thrown while handling exception.

Original

PDOException: SQLSTATE[42000]: Syntax error or access violation: 1142 INSERT command denied to user 'sesoigne95'@'10.0.89.37' for table 'accesslog': INSERT INTO {accesslog} (title, path, url, hostname, uid, sid, timer, timestamp) VALUES (:db_insert_placeholder_0, :db_insert_placeholder_1, :db_insert_placeholder_2, :db_insert_placeholder_3, :db_insert_placeholder_4, :db_insert_placeholder_5, :db_insert_placeholder_6, :db_insert_placeholder_7); Array ( [:db_insert_placeholder_0] => Misez sur un bon transit pour mincir [:db_insert_placeholder_1] => node/698 [:db_insert_placeholder_2] => [:db_insert_placeholder_3] => 54.158.80.117 [:db_insert_placeholder_4] => 0 [:db_insert_placeholder_5] => KN8xkcRtMwlxC4cNa02XauhwOj0O61p2VHBuuzcjBug [:db_insert_placeholder_6] => 958 [:db_insert_placeholder_7] => 1490264850 ) in statistics_exit() (line 93 of /home/sesoigne/www/modules/statistics/statistics.module).

Additional

PDOException: SQLSTATE[42000]: Syntax error or access violation: 1142 INSERT command denied to user 'sesoigne95'@'10.0.89.37' for table 'watchdog': INSERT INTO {watchdog} (uid, type, message, variables, severity, link, location, referer, hostname, timestamp) VALUES (:db_insert_placeholder_0, :db_insert_placeholder_1, :db_insert_placeholder_2, :db_insert_placeholder_3, :db_insert_placeholder_4, :db_insert_placeholder_5, :db_insert_placeholder_6, :db_insert_placeholder_7, :db_insert_placeholder_8, :db_insert_placeholder_9); Array ( [:db_insert_placeholder_0] => 0 [:db_insert_placeholder_1] => php [:db_insert_placeholder_2] => %type: !message in %function (line %line of %file). [:db_insert_placeholder_3] => a:6:{s:5:"%type";s:12:"PDOException";s:8:"!message";s:891:"SQLSTATE[42000]: Syntax error or access violation: 1142 INSERT command denied to user 'sesoigne95'@'10.0.89.37' for table 'accesslog': INSERT INTO {accesslog} (title, path, url, hostname, uid, sid, timer, timestamp) VALUES (:db_insert_placeholder_0, :db_insert_placeholder_1, :db_insert_placeholder_2, :db_insert_placeholder_3, :db_insert_placeholder_4, :db_insert_placeholder_5, :db_insert_placeholder_6, :db_insert_placeholder_7); Array ( [:db_insert_placeholder_0] => Misez sur un bon transit pour mincir [:db_insert_placeholder_1] => node/698 [:db_insert_placeholder_2] => [:db_insert_placeholder_3] => 54.158.80.117 [:db_insert_placeholder_4] => 0 [:db_insert_placeholder_5] => KN8xkcRtMwlxC4cNa02XauhwOj0O61p2VHBuuzcjBug [:db_insert_placeholder_6] => 958 [:db_insert_placeholder_7] => 1490264850 ) ";s:9:"%function";s:17:"statistics_exit()";s:5:"%file";s:55:"/home/sesoigne/www/modules/statistics/statistics.module";s:5:"%line";i:93;s:14:"severity_level";i:3;} [:db_insert_placeholder_4] => 3 [:db_insert_placeholder_5] => [:db_insert_placeholder_6] => http://www.sesoignernaturellement.fr/misez-sur-un-bon-transit-pour-mincir [:db_insert_placeholder_7] => [:db_insert_placeholder_8] => 54.158.80.117 [:db_insert_placeholder_9] => 1490264850 ) in dblog_watchdog() (line 160 of /home/sesoigne/www/modules/dblog/dblog.module).